La Chine, terre promise de l’export ?

 Le marché local ne ressemble à aucun autre, que ce soit sur les plans de la réglementation, de la production ou de l’exploitation », prévient Sylvain Delange, directeur Asie-Pacifique pour Believe Digital, qui veut se positionner comme acteur de la distribution musicale en Chine.
S’il est à 96 % numérique, le marché chinois n’est pas ouvert à tous : les plateformes étrangères, à l’exception récente d’Apple Music, y sont absentes.
 
Pas de YouTube, Google, ou Spotify, mais Youku, Weibo, Alibaba ou Tencent (propriétaire de QQ Music, Kuwo et KuGou, et qui concentre 80 % de part de marché sur le streaming). D’autres plateformes, comme NetEase Cloud Music, sont plus ouvertes aux productions indépendantes.
Pour travailler la notoriété d’un artiste, il faut donc s’adapter à ces acteurs locaux,

Source: la-fabrique-culturelle.sacem.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s