Sur le marché largement digitalisé de la musique, Kobalt n’est pas la société la plus connue du grand public. Elle y prend pourtant une importance croissante, en gérant en ligne la complexité des droits liés à un morceau. Son nouveau tour de table, de 75 millions de dollars, bouclé en ce début de semaine, confirme tout son potentiel et la confiance des investisseurs, qui la valorisent 775 millions. A commencer par le groupe de médias Hearst, qui a mené cette levée de fonds après avoir aussi investi, par exemple, dans Pandora (lire ci-contre). Il y a deux ans, c’est Google, via son fonds Google Ventures, qui avait pris une participation dans Kobalt.

Source: www.lesechos.fr

Publicités