La startup Mercinity s’attaque à un problème mal connu du grand public mais aussi des artistes, qui sont les premiers concernés : celui des « irrépartissables », ces sommes collectées par les sociétés de gestion des droits d’auteur et qui, au lieu de revenir aux artistes, finissent par servir à autre chose.

Source: www.numerama.com

Publicités