Dans un pays qui fait surtout la une de l’actualité pour son instabilité politique et la répression des opposants, l’effervescence de la scène musicale apporte une fraîcheur opportune. Et permet à l’Egypte, nation la plus peuplée du monde arabe, de rayonner à nouveau sur la scène culturelle.

Ce mouvement « a trouvé un public (…) parce qu’il est devenu accessible sur internet et non sur le marché dominé par ceux qui éditent les CD », explique à l’AFP Tamer Abou Ghazaleh, un musicien palestinien né au Caire, co-fondateur de Ma3azef, un magazine en ligne de critique musicale.

Source: www.slateafrique.com

Advertisements