Pourquoi donc assimiler YouTube à de la location de DVD et pas à une chaîne de télé? Sans doute parce que YouTube a toujours réussi à éviter que son statut ne passe de celui d’hébergeur – qui lui donne beaucoup d’avantages en termes de responsabilité juridique et de libertés vis-à-vis des contenus mis en ligne – à celui d’éditeur. Beaucoup, notamment les ayants droit partis à la chasse des pirates du copyright, s’y sont cassé les dents. Et YouTube est toujours un pur intermédiaire technique aux yeux de la loi. 

Source: lexpansion.lexpress.fr

Advertisements