Attentat de Nice, Euro de foot, météo capricieuse : si les grosses machines n’ont pas trop souffert en terme de baisse de fréquentation, les petites structures paient au prix fort le manque de moyens et de dialogue.

Source: next.liberation.fr

Advertisements