La playlist s’impose peu à peu comme nouveau format d’écoute et de prescription, et contribue à donner une seconde vie à des fonds de catalogue de musique pléthoriques, qui se sont avérés bien plus résistants à la crise du disque que les nouveautés. Les maisons de disques l’ont bien compris, qui disposent parfois de leur propre agrégateur de playlists. Leur objectif : optimiser la monétisation de tous les albums parus depuis des décennies sur les plateformes de streaming.

Source: blog.dbth.fr

Advertisements